Addiction poker

L’addiction au poker, attention !

« Le poker est un jeu passionnant permettant de perdre son argent, son temps et ses amis ». Ces propos sont de Philippe Bouvard, écrivain et journaliste français connu. S’il est vrai que cette citation n’est qu’une définition personnelle du journaliste, il n’en demeure pas moins qu’elle peut s’avérer juste dans les cas d’addiction.

Addiction poker

L’addiction au poker, un mal particulier

L’addiction au poker, bien que semblable à d’autres formes d’addictions au jeu, présente quelques différences. Ici il n’est pas question de jouer contre le casino, mais contre des joueurs. Il y a des notions de rivalité et d’amour-propre qui donnent une autre dimension au poker. La médiatisation des gagnants entraine les petits ou nouveaux joueurs à miser de plus en plus pour être à leur tour sous les projecteurs. Parfois las de perdre dans les casinos terrestres, ces derniers se rabattent sur le poker en ligne où ils sombrent dans l’isolation et parfois la dépression.

Le poker, un jeu passionnant

Une célèbre phrase parle du poker en ces termes : « 5 minutes pour apprendre le poker et toute une vie pour le maitriser. » Le poker, à travers cette phrase se définit comme un jeu qui n’est pas figé, il se renouvelle et crée à chaque fois des sensations nouvelles. Au fil des années, le poker a su se diversifier et se renouveler à chaque fois. Ce qui lui a permis de fidéliser les joueurs et d’en attirer de nombreux autres. Avec ses nombreuses variantes comme le Texas hold’em, le No Limit Hold’em ou encore le Carribean Stud Poker, il attire de plus en plus de joueurs vers les tables de jeu.

Le poker et les pertes d’argent

À propos des gains et les pertes dans le jeu du poker, une étude a réalisé des résultats qui montrent clairement que le poker est un jeu dans lequel les joueurs perdent beaucoup d’argent. En effet selon les résultats de cette étude, le pourcentage des gros gagnants au poker est de 0.5 %, les gagnants sont plus nombreux avec 9.5 %, les joueurs neutres 5 % (source). Les perdants sont les plus nombreux avec près de 75 % et les gros perdants 10 %. Si vous voulez jouer au poker, essayez de vous fixer des limites financières à ne pas dépasser et évitez de miser des sommes trop importantes.

Addiction au poker, une perte de temps et de vie sociale

Les joueurs addicts au poker préfèrent passer plus de temps sur des tables de jeu plutôt qu’avec leurs amis ou leurs proches. C’est l’un des symptômes de l’addiction au poker, tout ce qui vous entoure n’attire plus votre attention, la vie sociale vous parait ennuyeuse et sans intérêt. Il est dangereux d’en arriver à ce niveau-là. Ne faites jamais passer une invitation avec des amis ou une soirée en famille pour le poker et le meilleur moyen de concilier votre vie sociale à votre passion du poker serait de vous inscrire dans un club de poker et de profiter ainsi d’un cadre de jeu sain et amical.

addiction jeux

Comment dire adieu à son addiction au jeu ?

Les jeux d’argent comptent trois différentes catégories de joueurs. Il y’a tout d’abord ceux qui jouent pour le plaisir et le divertissement, puis d’autres qui jouent par professionnalisme. Pour la troisième catégorie, le jeu est devenu une drogue dont ils ne peuvent plus se passer. On parle de joueur pathologique, addict, ou accro. Comment se manifeste l’addiction au jeu et comment peut-on se sortir de cet engrenage ?

Causes et caractéristiques de l’addiction au jeu

Le jeu pathologique peut se confondre avec la névrose, néanmoins, il est important de faire une différence, car l’addiction au jeu répond à des critères bien précis. Le joueur pathologique se remarque par son besoin effréné de jouer aux jeux de hasard, bien souvent même au détriment de sa vie professionnelle et sociale. Les personnes les plus vulnérables à l’addiction aux jeux de hasard semblent être les adolescents et les célibataires, principalement les hommes. Ce qui expliquerait les causes du jeu pathologique qui sont attribuées entre autres à un trouble relationnel (manque affectif), à un trouble de l’amour-propre (personnes narcissiques) ou encore la recherche de sensations de plus en plus fortes. Les personnes addicts au jeu ont l’impression d’avoir le contrôle et qu’à tout moment elles gagneront le gros lot. Cette impression est souvent favorisée par l’appât du premier gain qui leur fait croire qu’elles possèdent la clé du jackpot. Le besoin d’impressionner étant, le joueur refuse de « lâcher » tant qu’il n’en aura pas mis plein la vue par un gain impressionnant.

Comment reconnaitre un joueur pathologique ?

Il n’est pas toujours aisé d’identifier un joueur addict, surtout à ses débuts. Il faut de même deux longues sessions de jeu pathologique dans une année pour classer un joueur dans la case des addicts. Si votre passion du jeu vous pousse à prêter ou voler de l’argent, à abandonner vos devoirs professionnels ou sociaux, il est nécessaire de faire quelque chose. Si vous dépassez vos limites temporelles ou financières au jeu, si vous pensez régulièrement au jeu au point où le reste n’a plus grande importance, il y a lieu de s’inquiéter. Le joueur addict c’est aussi celui qui cache à ses proches le montant de ses mises et pertes, ou qui joue pour se remonter le moral. Il y a autant de signes combinés qui permettent de cerner le joueur addict.

Quelques solutions pour se sortir de l’addiction au jeu

L’addiction au jeu peut mener jusqu’au suicide dans certains cas, il est important de s’en sortir pour retrouver son équilibre. Avant toute chose, il est important d’établi un diagnostic du jeu pathologique. Parlez-en à votre médecin ou à un proche et faites-vous interdire de casino. L’aide se fait essentiellement sur le plan psychologique, mais aussi sur le plan juridique. Sachez que vous pouvez également vous auto-bannir des casinos et casinos en ligne, comme le souligne le blog de casinofrance.org  À travers des groupes de discussion anonymes et gratuits en ligne, Adictel vous met en contact avec un psychologue, vous pouvez également vous adresser à SOS joueurs, à l’Institut du Jeu Excessif, Joueurs Ecoute Info Service ou encore le Centre de Référence sur le Jeu Excessif.